Chapitre 9 (1/3) – Chroniques de Salfia Tome 1

9ème chapitre (que ça avance..) coupé en 3, très digeste je pense. Enjoy!


Chapitre 9 : Négociations

Le lendemain matin, le réveil fut agréable pour Dyûl, qui était la première à se lever, ce qui n’avait rien de surprenant étant donné le mode de vie discipliné et exemplaire de l’harnassienne au grand cœur. Elle bâilla et s’étira de façon décontractée, puis se leva de son lit. La daffilesto descendit immédiatement du premier étage au rez-de-chaussée pour se renseigner auprès de l’aubergiste.

-« Bonjour, chère demoiselle! » s’exclama l’homme avec un entrain matinal, caractéristique des personnes exerçant son métier.

-« Bonjour, monsieur. J’aimerais savoir, à quelle heure désirez-vous nous voir quitter votre établissement? » demanda Dyûl, poliment.

-« Oh, à l’heure de manger -14 heures ici-, mais je fermerai les yeux en cas de léger dépassement de cette limite, ne vous en faîtes pas ma chère! » arrangea sympathiquement l’humain à barbe généreusement stylisée.

-« Je vous remercie sincèrement. »

De retour dans la chambre, Jallie était déjà éveillée.

-« Comment fais-tu, à ton âge, pour naturellement te réveiller aussi tôt? » s’étonna l’harnassienne.

Il était vrai que le soleil n’était même pas encore levé. Le jour n’était pas encore clair, il devait être moins de 10 heures, à peu de choses près. La jeune fille à queue naissante ne semblait pas pour autant fatiguée, même plutôt en forme, ce qui mystifiait encore plus la digne fille de Frennks Leonarde.

-« Oh, tu sais, j’ai l’habitude de me lever tôt; on me l’a faite prendre depuis que je suis bien plus jeune. Tu sais, le couvent, tout ça.. »

-« Oui, c’est vrai. Dans ce cas, viens avec moi dehors dans le jardin de l’auberge, je vais t’apprendre ce que je peux, nous avons du temps devant nous. Surtout avec Dellas: il aime bien faire la grasse matinée », chuchota Dyûl sur le ton de la confidence, collant une main au côté de sa fine bouche beige.

-« Haha, volontiers. Il y a un jardin ici? » demanda Jallie une fois dans les escaliers.

-« Oui, on peut y accéder par la porte à l’arrière de l’auberge. »

Quelques secondes plus tard, les deux récentes amies débouchèrent dans le fameux jardin. Celui-ci était très beau, et apaisant. Il était petit, et couvert d’herbe plus verdâtre que celle presque brune qui entourait la ville, donnant un air plus paisible. Il y avait un puit presque au fond, contre la parois de pierre de ce qui était probablement une maison, à en juger par le toit assez bas qui la dominait. Ce jardin ne faisait que quelques mètres carrés, mais c’était suffisant.

-« Avant que l’on commence, j’ai une question. »

-« Vas-y, Jallie, je t’écoute. »

-« Une daffilesto soutient ses alliés, les aide à rester en forme, et même en vie. Mais si elle est toute seule, qu’est-ce qu’elle peut faire, concrètement? »

-« Pas grand chose… Tu sais daffilesto est une appartenance fondée sur l’aide et la cohésion de groupe, pas pour les personnes solitaires. Mais bon, si tu veux pouvoir te débrouiller seule, tu peux coupler quelques capacités de base, même plus, avec une autre appartenance. Les appartenances ont été inventées pour classer les différents types de pouvoirs, afin de simplifier les choses. La majorité des gens se spécialisant, cela permet de savoir grossièrement ce qu’ils sont. Mais beaucoup optent pour la polyvalence en piochant plus ou moins dans plusieurs appartenances. Regarde Joll: il utilise des sceaux de levito, et se bat principalement en dlarito. Et Zacri, il utilise les arts martiaux tel un dlarito, mais les associe avec de puissantes projections élémentaires, de vent comme tu le sais, qui sont donc propres à l’appartenance kallato. Tu es absolument libre de faire ce que tu veux, ne laisse personne te guider, suis ton propre chemin. C’est la meilleure chose à faire. Moi, j’ai choisi la voie de daffilesto pure, parce qu’aider est dans mon tempérament, que je compte bien rester avec mes amis. Mais si je me retrouve seule, j’ai un petit poignard, comme toi, caché sous ma robe. C’est Joll qui me l’a offert, moi aussi. Si tu te sens de faire quelque chose, fais-le, même si cela te mène à pratiquer les cinq appartenances », monologua Dyûl avec sincérité.

-« Je comprends mieux… Je croyais qu’on ne pouvait pas exercer plus d’une appartenance, sauf dans des cas spéciaux, comme pour les éléments. »

-« Non, c’est différent. Les appartenances, tu peux les exercer comme tu veux en t’entraînant, bien qu’il y ait toujours un domaine où l’on excelle plus que les autres, et un autre moins. Quand je dis domaine, c’est au sens large. Pas juste appartenance, tu peux être douée à l’arc et ne pas être très compatible avec les armes de corps-à-corps, tout cela… Concernant les éléments, le domaine où tu excelles sera plus prononcé que pour les capacités, beaucoup plus. Pour les capacités et plus largement  ; les appartenances, être doué t’aidera mais ne t’empêchera pas du tout d’exercer autre chose très bien. Avec les éléments c’est différent. Tout le monde peut exercer tous les éléments. Mais ceux avec lesquels tu n’as pas d’affinité, qui ne sont pas tes éléments de prédilection en d’autres termes, seront très durs à maîtriser, tu ne deviendras jamais une experte à ceux-là. D’ailleurs, il est utile de savoir que si tout le monde peut, sans s’être entraîné la moindre fois, utiliser un temps soit peu son élément de prédilection, il est bien plus difficile et rigoureux de faire apparaître une miette d’un autre élément. Même les plus puissants kallatos purs utilisent en majorité leur élément propre. Certaines personnes ont plusieurs éléments de prédilection. Généralement deux, même s’ils sont rares. Certains en ont trois, et ils sont extrêmement rares. Quant à ceux qui en ont quatre, nous n’en connaissons aucun aujourd’hui, il y a juste des écrits qui en parlent. En résumé, ceux qui ont plusieurs appartenances en ont fait le choix, alors que ceux qui utilisent, maîtrisent, plusieurs éléments ont une nature à cela. Tu as tout compris? »

-« Oui, parfaitement. »

-« Une chose qui t’aidera, c’est connaître tes compagnons. Leurs éléments, appartenances bien sûr, forces et faiblesses. »

-« Alors fais-moi un topo sur le groupe! » s’enjoua Jallie.

-« Haha… Alors les appartenances d’abord », commença l’harnassienne en rapprochant son visage de celui de la jeune fille, alors qu’elles étaient assises sur le palier en bois du jardin. »Je suis une daffilesto pure, Blaudé, une kallato pure, utilise par définition les sorts élémentaires. Les autres sorts concernent les autres appartenances de magie. Dellas, un dlarito qui utilise les armes courtes et les armes de distance rapides. Joll, un dlarito et levito, qui combat à main nue, et utilise des sceaux principalement destinés au soutien et à la manipulation des lois de la physique, et Zacri est un dlarito main nue et kallato secondaire. »

-« Secondaire? » répéta Jallie.

-« Ce ne sont pas des sorts directs, mais associés aux coups, même s’il est capable aussi d’en lancer de manière conventionnelle, si je puis dire. En bref, tu ne peux pas compter sur lui en tant que kallato, si c’est ce dont tu as vraiment besoin, ce n’est pas sa spécialité, cela lui sert à être plus polyvalent et à augmenter l’impact de ses coups. »

-« Ah, d’accord… » constata Jallie, captivée par les explications que la daffilesto lui fournissait.

-« Maintenant les éléments de prédilection », poursuivit la gracieuse demoiselle. »Je suis lumière, Blaudé est foudre et chaos, -la chanceuse par excellence », jalousa faussement l’harnassienne, »Dellas est feu, Joll eau, Zacri air évidemment. Et toi glace et…? »

-« C’est tout. »

-« Tu as vérifié les autres au moins? »

-« Euh.. non, on a arrêté les tests quand j’ai réagi à la glace. »

-« Tu devrais essayer à l’avenir, sait-on jamais », sourit envieusement Dyûl. »Pour ce qui est des forces et faiblesses… »

Elle prit une grande inspiration en regroupant ses connaissances.

« Moi. Je suis une daffilesto assez moyenne, voire même plutôt faible, je ne m’entraînais pas énormément », s’excusa presque Dyûl. »Je connais relativement peu de sorts de daffilesto et j’ai une transe convenable, suis vive d’esprit, ce qui est très appréciable. J’ai tendance à avoir peur assez facilement, mais suis capable de reprendre mes moyens, surtout en présence de mes amis. Voilà. »

-« Maintenant Blaudé », intima la jeune fille, amicalement.

-« Blaudé… Elle connaît bien le travail d’équipe, même si elle n’en a pas trop l’air. Excellente kallato, capable d’envoyer des sorts puissants. »

-« J’ai vu cela », commenta Jallie.

-« Comme moi, elle est faible physiquement, quoique plus résistante tout de même. C’est tout ce que j’ai à dire sur elle. Et bien au tour de Dellas… Il est très agile, bon viseur à l’arc, mais peu diversifié par rapport à ce que sa branche offre comme possibilités. Comparé à l’amie de son père et du mien, Honesse, c’est un débutant, c’est ce que Joll dit », ricana Dyûl. »Il est souvent trop sûr de lui, mais au fond sait faire preuve de discernement, surtout quand son père est là. Ce qui nous amène donc à celui-ci. Joll possède une force absolument colossale », mystifia l’harnassienne, l’air abasourdi rien qu’en y pensant. »Il a beaucoup d’expérience et sait quand utiliser ses sceaux, qui sont bien utiles. Son épée, ou plutôt celle de mon père maintenant qu’il l’a prise, le rend d’autant plus polyvalent. Il est rapide, assez agile, et sa fureur d’Adeka est très efficace car il sait parfaitement la doser en combat. Ah, et il possède une résistance hors du commun, capable d’utiliser son énergie pour diminuer l’impact des coups mieux que personne. »

-« Comment cela? »

-« Tu vois, quand tu sais utiliser ta maul vitarri, tu peux la concentrer à l’endroit où tu vas être frapper », expliqua Dyûl. »Mais il faut pour cela être rapide et plus tu es précise plus c’est efficace. Joll parvient à diminuer grandement les dégâts qu’il prend. Et comme il encaisse comme un markas en plus, il permet au groupe d’être tranquille en accaparant l’attention de l’ennemi. Bon je te dis tout cela mais je n’en ai jamais vraiment fait l’expérience moi-même en fait. On verra bien! »

-« Oui, ça promet », plussoya Jallie.

-« Pour tout te dire, je ne lui trouve pas vraiment de défaut. Enfin si, tactiquement. »

-« Qu’est-ce que tu veux dire par là? »

-« Disons que si tu souhaites éviter un combat, il risque de compliquer cette tâche. Quand il s’agit de créatures, il est sage, mais avec les gens qui lui cherchent des noises… Tu vois ce que je veux dire. »

-« Oui oui, je saisis parfaitement! » en rit l’adolescente, qui imaginait parfaitement la scène.

-« Bien », acquiesça l’harnassienne à l’apparence soignée. »Donc il nous reste Zacri. Fonceur, trop fonceur », déplora Dyûl d’un air affligé. »Il est bon dans ce qu’il fait, et est un allié fidèle, toujours prêt à aider… Bon, voilà tout! » conclut Dyûl en frappant des mains. »Ah et la plus grosse faiblesse du groupe c’est… »

-« Oui? »

Dyûl se rapprocha, l’air mystérieuse.

-« Jallie, la jeune fille qui débute! » plaisanta à voix haute l’harnassienne.

-« Très drôle, tu verras plus tard! » contra l’adolescente d’un air faussement mesquin.

-« Bon », stoppa Dyûl, reprenant un air relativement sérieux. »Alors, tu veux apprendre à régénérer n’est-ce pas? Dans ce cas, on va commencer par apprendre les premiers soins, ceux qui servent en cas de simples égratignures, à peine plus que cela. Est-ce que tu as appris à stimuler ta maul vitarri pour accélérer ta régénération? »

-« Oui, Joll dit que j’ai une bonne aptitude à me régénérer », répondit la jeune âme avec modestie.

-« Parfait. C’est la base. Maintenant tout ce que tu as à faire, c’est viser quelqu’un d’autre pour guérir la blessure. C’est pareil que pour toi, mais sur autrui. »

-« Je croyais qu’il fallait entrer en transe pour pouvoir stimuler la maul vitarri d’autrui et ainsi l’aider à se régénérer? »

-« Oui, pour les blessures moyennes et importantes, pas les superficielles. Tu commences par les premiers soins, comme je l’ai dit. Pour cela, tu dois guérir ton allié avec ta propre maul vitarri, c’est un sort comme un autre, mais dont le but est de guérir. Tu comprends ce que je veux dire? Parce que c’est assez difficile à expliquer… » déplora Dyûl, l’air navré.

-« Oui, j’ai compris. Mais pourtant, quand Zacri est venu te voir à Gesil après le duel, tu as eu besoin de faire usage de ta transe pour l’aider. Alors que ses blessures ne me paraissaient pas très importantes… »

-« Ah bon? On voit bien que Joll ne t’a jamais tapé dessus. »

-« Parce que toi, oui? »

-« Non, certainement pas, il ne le ferait sous aucun prétexte. Mais d’autres oui, et il n’y avait qu’à les écouter, crois-moi! » clarifia la professeure en herbe.

L’élève acquiesça de la tête, puis commença à se concentrer pour tenter de faire ce que Dyûl lui avait expliqué. Cette dernière se fit volontairement une petite entaille au niveau du poignet en usant de son petit poignard azur personnel à cette fin.

« Vas-y. »

La petite humaine aux cheveux blonds se concentra sur l’égratignure de son amie. C’était bien plus ardu que de se guérir soi-même. En fait, c’était comme apprendre à faire apparaître de la glace, sauf que là, elle n’avait pas déjà ressenti une sensation qui la guiderait. C’était comme cela que l’on apprenait les autres sorts ou éléments, en essayant à tâtons. Cependant Jallie se rappelait un peu la sensation de son auto guérison, ce qui l’aida un tant soit peu à imaginer l’effet escompté. La daffilesto était réduite au silence, ceci dans le but de laisser sa jeune amie se concentrer sans l’obstruer de quelque diversion que ce soit. Au bout de nombreuses minutes à concentration maximale, alors que Dyûl restait tout-à-fait silencieuse, sa jeune disciple parvint à refermer l’entaille qui rougissait la peau claire du fin poignet.

-« Bravo! Tu vois, c’est le premier pas! Continue à t’entraîner comme tu le fais avec ton arbalète et ton élément et tu pourras nous être très utile en situation réelle! » félicita l’harnassienne, fière.

-« Et la suite? »

-« Je te propose quelque chose de plus basique, donc plus primordial. »

-« J’écoute », s’empressa la jeune élève.

-« Mais ce sera moins agréable en contrepartie. »

-« Je vais faire avec », relativisa Jallie d’un haussement des épaules, un brin exagéré.

-« C’est ce dont je t’ai parlé tout à l’heure: rassembler ta maul vitarri au point d’impact, pour réduire au possible les dégâts. Cela pourrait bien te sauver la vie, sache-le, Jallie. L’exercice sera simple. Je vais te donner un coup de poing au ventre, ici », désigna-t-elle du doigt en prenant soin de se lever, imitée dans l’immédiat par son élève. » Tu devras rassembler ta maul vitarri, exactement comme quand tu fixes une blessure pour stimuler ta régénération. »

-« D’accord… » fit timidement la blonde, pas vraiment rassurée.

-« Haha, ne t’en fais pas, je n’ai pas beaucoup de force dans les bras », rassura Dyûl.

Elle frappa du poing gauche avec entrain, en y mettant toutes ses forces. Ce qui eut pour effet aboutissant d’arracher un gémissement de douleur à la blondinette qui ne parvint pas à « recevoir », c’était le mot utilisé, le coup.

« Je suis désolée que cela fasse mal, mais je dois te frapper de toutes mes forces, comme ceci je serai sûre de mettre toujours autant d’impact dans mes coups, et ce sera plus simple pour toi de constater si tu as réussis ou non, et dans quelle mesure. Un mal pour un bien. »

Jallie hocha témérairement la tête. En y repensant, les deux galters qui l’avaient agressée la veille possédaient à-peu-près autant de force de frappe que cette daffilesto qui ne se battait jamais au corps-à-corps. Ces vauriens étaient vraiment aussi faibles qu’ils en avaient l’air, pas étonnant qu’une puissante kallato telle que Blaudé soit parvenue à les éliminer avec un seul sort.

Dyûl lança une seconde frappe, au même endroit. Mais cette fois-là, sa disciple parvint à rassembler de la maul vitarri, bien qu’en petite quantité, au point d’impact. Ce n’était pas véritablement compliqué, car rassembler sa maul vitarri était la base que Jallie avait déjà apprise. La seule différence résidait dans le temps dont elle disposait à cet effet, et le timing. C’est pour cette raison que l’ancienne sirionîte s’en sortait déjà mieux, après seulement un échec.

-« Je peux voir dans tes yeux que tu as réussi. C’est très bien, Jallie! Maintenant essaie d’en rassembler plus. »

Une troisième frappe cogna le petit ventre de la daffilesto en découverte. Celle-ci parvint à rassembler plus de maul vitarri, et ne lâcha pas le moindre signe de douleur cette fois.

-« J’ai mieux réussi… »

Une quatrième frappe. Toujours mieux.

-« A ce rythme-là, moi aussi je diminuerai les dégâts à fond, comme Joll! » s’enjoua la jeune fille qui doutait de cette facilité apparente.

-« Haha, ce n’est pas aussi simple », tempéra Dyûl. »Les débuts sont faciles, diminuer les dégâts d’un quart environ, tout le monde peut le faire. Mais diminuer de moitié, c’est tout autre chose. Et je te rappelle que là, tu sais où je vais frapper, et la taille approximative de mon poing. Ce sera bien plus difficile à deviner en plein combat, suivant l’arme, la taille, le tranchant, le sort utilisé et sa diffusion. Un sort de foudre est différemment reçu qu’un sort d’eau, ou de chaos. »

-« Oui en fait en pensant à tout, ça paraît assez difficile… Beaucoup même. Je suis étonnée, en sachant cela, que presque tout le monde peut diminuer les dégâts qu’ils reçoivent d’un quart… »

-« Attention, ce n’est pas ce que j’ai dit. Tout le monde peut, à peu de choses près, mettre assez de maul vitarri pour diminuer les dommages d’un quart par rapport à ce qu’ils devraient subir initialement. Mais cela ne veut pas dire que tous sont capables de le faire en plein combat avec tous les inconvénients que j’ai cité il y a un instant », expliqua clairement la daffilesto. » En situation réelle, la plupart des combattant subissent la quasi-totalité des dégâts, ne parvenant qu’à rassembler très grossièrement leur maul vitarri. C’est d’ailleurs en partie pour cela que les daffilestos sont aussi sollicités. Joll, lui, arrive la majorité du temps à diminuer les dégâts de moitié. Et le peu de fois où ce n’est pas le cas, il les diminue d’au moins un bon quart. Jamais il n’encaisse la totalité de ce que l’on veut lui infliger. Sauf si on arrive à l’avoir par surprise, assurément. Tu ne te rappelles pas du combat avec Zacri? Il m’a dit qu’il avait réussi à toucher Joll une fois. Pourtant Joll n’a requis absolument aucun soin. »

-« C’est vrai… »

Jallie était d’autant plus surprise en repensant au sada hamere. Cette énorme morsure n’était qu’une moitié de dégâts, puisque Joll l’avait, assurément, bien vue venir? Ce loup était vraiment mortel… Dellas n’avait rien exagéré, Joll était vraiment un combattant hors pair. Entre lui et Blaudé, sans oublier Zacri, le groupe partait sur de bonnes bases.

-« Bon, continuons, concentre-toi. »

Une cinquième frappe vint se loger dans la zone abdominale de la petite dame, qui parvint encore mieux à « recevoir » le coup. Grossièrement, Jallie évaluait la diminution des dommages à une dizaine de pourcent, une quinzaine au mieux. C’était déjà très bien pour l’instant. A la fin de la séance d’entraînement, Jallie ressentait sans étonnement une douleur criarde à l’abdomen. Dyûl remarqua qu’elle se le touchait pendant ses explications finales.

-« …ce sera mieux. Tu as mal? Ne t’inquiète pas, j’avais tout prévu! » la soulagea l’harnassienne.

Elle entra en transe, et Jallie sentit en une seconde son bleu disparaître. Dyûl n’était pas si juste-juste, en tant que daffilesto, contrairement à ce qu’elle pensait, selon Jallie. Le visage de nouveau lumineux, la jeune fille souffla.

-« Allons voir si les autres sont réveillés, maintenant », proposa l’harnassienne avec un clin d’œil.

-« Non, moi je vais rester ici. Si Joll est levé tu voudras bien lui dire de venir me voir, s’il te plaît? »

-« Oui. Mais on devra partir bientôt, si tout le monde est réveillé. M’enfin, compte sur Dellas pour te donner un délai… » ironisa Dyûl en refermant la porte arrière de l’auberge.

Elle jeta un coup d’œil à l’horloge qui se trouvait juste au-dessus de la tête de l’aubergiste. Bientôt 12 heures.


Si vous avez une remarque, n’hésitez toujours pas!

Et si vous avez un texte à partager, pareil 😉

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.