Comment se lancer dans la création

Bonjour à tous les créateurs et bienvenue sur Tisseurs d’Histoires et de Mondes, le blog des créateurs indépendants!

Cela fait un moment maintenant que je vous parle de création, comment c’est bien (comment c’est loin… non), que vous devriez vous lancer, ce serait bien pour vous etc.

Mais encore faut-il savoir par où commencer.

En premier lieu, commencez par vous demander ce qui vous plaît, ça fait un peu bateau dit comme ça, mais c’est important de savoir, quel est le genre qui vous plaît, média (accessibilité/pour débuter léger ce serait plutôt un roman/bd/jeu sur rpg maker), le genre de personnages qui vous plaisent, quel est le genre d’histoire que vous aimez quand vous raconte, ou que vous aimeriez que l’on vous raconte.

D’où le deuxième point (transition, bitch). Qu’avez vous envie de changer dans la création actuelle, que ce soit dans les séries que vous regarder, les romans que vous lisez, les jeux auxquels vous jouez… Qu’est-ce que vous aimeriez trouver qu’il n’y ait pas?

C’est un point simple pour commencer, très simple. Evidemment, on peut commencer de zéro (bien qu’on s’inspire toujours de ce qu’on connaît) mais on peut aussi prendre quelque chose qui existe et le refaire à sa sauce, en changeant ce qu’on aurait aimé y trouver.

Par exemple, cela m’est déjà arrivé de ne pas être satisfait par l’utilisation d’un personnage et de le reprendre à ma sauce pour lui donner l’utilisation voulue. Le Bar Thanos des Chroniques de Salfia (dispo sur ce blog), provient du Dark Avenger de Noob. Je n’ia pas trop aimé la façon dont ce personnage craint fut ensuite ridiculisé, alors j’en ai fait un semblable pour cultiver son côté craint et mystifié.

Prochain point, pour le style d’histoire, voyez quel contexte vous plait, sf, fantaisie, réaliste chez les pirates, etc. Le style d’héros que vous voulez, un seul très stylé et polyvalent, un groupe assez de clichés avec beaucoup d’interactions et de chocs de styles… Le style de méchant, fuyard ou agressif etc.

Ensuite, si c’est bien de savoir ce que vous voulez qu’il y ait dans votre oeuvre, votre univers créé, c’est encore plus important de savoir ce que vous ne voulez pas qu’il y ait. En effet, c’est souvent les choses évitées qui font le caractère de l’oeuvre. Pour l’exemple, parce que c’est large, dans les CdS qui est un univers de fantaisie, je ne voulais pas de race naine. Je ne parle pas des bobairos qui font style 1m65, mais des races bien naines, style nains, hobbits, gnomes dans Amalur etc. Je trouve que ça donne un aspect moins sérieux dans l’univers (tout est relatif). Je ne voulais pas non plus d’élu à la Harry Potter, Neo, etc. Facilité scénaristique que j’abhorre. Ou pire, de visions. La facilité scénaristique absolue (qui va souvent de paire avec l’élu…). Quand on sait pas comment aborder un sujet, vision sur un persos surdoué, et hop! Non seulement c’est facile mais je trouve ça lourd pour le spectateur, même dans Game of Thrones ça m’ennuie. Pas de dragons non plus, trop classique. Wyverns modifiés, oui, pas dragons au sens classique. Bref, vous voyez, j’ai su ce que je ne voulais pas y mettre, et c’est ça qui différencie le style d’univers par rapport aux autres.

Ensuite, il faut savoir quelle histoire vous allez raconter (qui ça? les casseurs quoi? connaît pas…). Quel est le conflit, pourquoi les persos principaux s’y mêlent, etc. C’est le pilier de votre oeuvre, quel que soit le média. Par où commencer? Plusieurs idées farfelues et simplistes, mais qui font leur preuve. Le titre, j’ai déjà filé une superbe histoire en partant d’un titre. Je voulais un truc de pirate, classe, j’ai commencé par pirate, trop classique, remplacé par marin, et je voulais un truc terrifiant et mythique. Ça a fini en La Légende du Marin Pourpre. Du coût j’ai créer un perso ultra charismatique et stylé et badass, et j’ai filé l’histoire à partir de ses motivations, liées à sa psychologie concernant l’humanité.

Vous pouvez commencer l’histoire par la présentation d’un personnage, dans une scène bien sûr (sinon c’est lourd), Montrez des aspects de sa personnalité, ses habitudes, ses gimmicks etc via une scène marquante dont on se souviendrait avec nostalgie en revenant au début de l’oeuvre. Et ensuite vous tisser à partir de là. Par exemple, un perso orphelin qui débarque en trombe sur une route pour X raison, croise un groupe, se battent contre un ennemi commun et finissent par se liés pour un temps. Du coup ça enchaîne avec le pourquoi l’ennemi l’est, où voulaient aller les groupes, quel est le conflit principal, etc.

Vous pouvez démarrer avec une scène stylée que vous avez en tête, qui n’aurait aucun intérêt particulier mais serait classe, ça permet de commencer l’histoire, vous pourrez changer après (on en parle dans le prochain article) et au moins cela vous lancera, c’est le plus important.

Vous pouvez commencer en présentant le background, la faune la flore dans une scène, par exemple.

Vous pouvez débuter en présentant l’aspect politique, surtout si vous faîtes de la sf, et pourquoi le monde en est arrivé là, etc, jusqu’à lié cela avec le personnage principal et son rôle dans son empire ou autre, lui définir son camp et définir ce pour ou contre quoi il combat, en faire l’antagoniste à partir de là etc.

Pour les façons de raconter le récit, rappelez-vous que vous n’êtes pas obligés d’être linéaires. Vous pouvez démarrer avec un flashback (même si perso j’aime pas), ou utiliser la façon présent-passé-présent (me souvient plus du nom). C’est quand on raconte la situation en commençant in media res pour captiver le lecteur/joueur etc, et qu’on revient ensuite dans le passé pour raconter tout du long comment on en est arrivés là, pour ensuite finir le récit en finalisant l’histoire. L’exemple de ce genre de récit qui me vient est Uncharted 2.

Dans le jeu vidéo, le début peu aussi servir à présenter des éléments de gameplay.

Et voilà, je pense que vous avez tous les outils pour savoir par où commencer. En conclusion je vous dirais:
Commencez, on verra ensuite!

Quel que soit la manière, de toute façon on peut y revenir. Mais ça, c’est pour le prochain article 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.