Les Différents Médias de Création – III : Le Jeu Vidéo

version vidéohttps://www.youtube.com/watch?v=zDQQDDprmfI

Bonjour à tous les créateurs, et bienvenue sur Tisseurs d’Histoires et de Mondes, la chaîne des créateurs indépendants.

Aujourd’hui, comme prévu, nous poursuivons l’accessibilisation des quatre principaux médias de création dont nous parlerons sur ce blog. (avec un média bonus parce que je suis généreux..)

Donc, en avant pour le jeu vidéo!

Aujourd’hui, c’est presque le média numéro, limite devant les métrages. Tout le monde en profite, tout le monde aime y jouer, et beaucoup aimeraient en faire. Mais la plupart sont effrayés ou découragés devant la prétendue complexité de ce média. Entre les graphismes, le game design, le level design, la programmation, le son… Ya de quoi se sentir petit, de quoi se dire « c’est pas pour moi ».

Alors que si, c’est pour toi. Faut juste savoir comment faire.

Le jeu vidéo, à produire, c’est pas si cher/si compliqué. Maintenant il faut faire des projets réalistes, ne pas chercher à faire le nouveau Assassin’s Creed Online ou Call of Duty 15.

Ce n’est pas si dur. Bien sûr il faudra travailler, mais c’est pareil pour le roman, la bd, les métrages, le jeu vidéo n’a pas inventé la norme.

Sachez d’abord que les métiers du jeu vidéo sont accessibles. Je ne parle pas de bosser chez Ubisoft, mais des compétences. Etre game designer, level designer, graphiste, scénariste etc s’apprend, à force d’expérience, même à la maison devant son PC.

« Mais Max, comment on va faire? » vous allez me dire.

Eh bin vous allez vite voir que ce n’est clairement pas les moyens qui manquent. Il y en a même tellement que je ne sais pas pour où commencer pour vous les présenter.

On a déjà RPG Maker, le classique que beaucoup utilisent pour faire des RPG (oui) généralement old school. C’est une lignée de logiciels, il y en a 6 ou 7, tous accessibles à des prix assez modiques et (à part les récents) crackables. Ce sont des logiciels assez simple à utiliser, sans code. Si vous avez peur de coder, rassurez-vous. Vous programmer juste avec des actions qui en entraînent d’autre. Dit comme ça, c’est peu parlant, mais on fera bien entendu des articles (plutôt des vidéos, plus pratiques pour ce média) pour étudier la question, j’ai un projet de jeu et c’est sur RPG Maker que je devrais le mener à termes.

Ensuite, on a Game Maker Studio, qui est a priori gratuit. A voir quelle part ils vous prennent si vous vendez vos jeux, mais de base l’accès est gratuit. Il est assez simple, diversifié dans les genres de jeux faisables. Par contre c’est surtout de la 2D.

Puis il y a Construct 2, son homologue encore plus spécialisé 2D. Version gratuite limitée, mais son prix est raisonnable.

Vous avez aussi Unity, el famoso j’ai envie de vous dire. Très diversifié, puissant et grand, c’est pour ça que beaucoup l’utilisent. Possibilité de coder, de drag and drop. 2D, 3D, très puissant, c’est pas pour autant que je le conseil. Déjà il a certains petits défaut et est payant à l’accès. Il prend aussi une grosse part si vous vendez vos jeux (ce que vous ferez j’espère bien!).

Du coup vous avez un équivalent approximatif de Unity qui est Godot. Lui est gratuit et open source, utilisés par beaucoup de programmeurs indépendant. « Votre jeu vous appartient, jusqu’à sa dernière ligne de code » comme ils disent. Tous les détails restent à voir, on en parlera plus tard de toute façon, rappelez-vous que nous sommes là pour présenter les moyens dont vous disposez.

Un autre très bon logiciel, c’est Unreal Engine. Concurrent direct de Unity, un des deux plus grand du marché. Lui est gratuit d’accès depuis peu. Pour vendre vos jeux c’est une part raisonnable (10% je crois) et seulement à partir de 3 000 dollars. Donc si votre jeu se vend à ce point, c’est que ça va hein ^^. Il fonctionne avec des boîtes d’interrupteurs. « Si le perso saute, alors quand perso touche le sol, il arrête de descendre », ce genre de chose. Assez simple basiquement. Il fit 2D et 3D et a des modèles suivant le genre de jeu. Je le trouve vraiment pas mal.

Voilà pour les principaux logiciels de création de jeu vidéo, ce n’est qu’un aperçu, renseignez-vous et vous verrez qu’il y en a par dizaines. La blinde.

Passons donc aux logiciels graphiques. Parce qu’il va falloir faire vos propres graphismes si vous ne voulez pas dépendre des trucs basiques fournis avec RPG Maker et cie, et avoir un jeu qui ressemble à tous les autres jeux amateurs.

Donc on a Photofiltre, Photoshop etc, la base. Gimp pour ce qui est d’un logiciel gratuit, même si je sais qu’aucun d’entre vous n’a payé sa licence Photoshop hein ^^. Mais Gimp est vraiment cool.

Vous avez Pyxel Edit qui, comme son nom l’indique, est spécialisé dans les images en pixels, ultra simple à utiliser.

Et vous avez les logiciels d’images vectoriels, tels que Illustrator, ou Inkscape qui est gratuit. Ce dernier a une drôle de logique pour moi, mais est très bien.

J’ai aussi quelques chaînes youtube à vous partager! Apprendre en vidéo, c’est ultra pratique surtout quand il s’agit de logiciels.

Tout d’abord la Développeuse du Dimanche. Une jolie jeune femme qui vous partage son périple vers la création de son jeu indépendant. Intéressant à suivre autant pour le divertissement, avec ses histoires et blagues etc, que pour l’apprentissage. Elle a apparemment déjà travaillé dans le domaine du jeu vidéo, et ça se voit. Elle vous transmettra bien la logique de game designer et level designer, je vous laisse jeter un œil, ou deux. En plus elle a l’air sympa ^^. (même si bon, même moi j’ai l’air sympa derrière une caméra…)

Ensuite, je vous présente Pause Process, la meilleure chaîne de création de jeu vidéo. Ya les moyens, la réalisation, les explications… C’est ultra motivant de la regarder. Elle explique pleins de concepts du jeu vidéo, parle des différents outils, de comment marche le graphisme 3D, la génération procédurale etc. Une mine d’or que je ne saurais bien résumé. Just watch it.

Il y a aussi Créer un jeu vidéo, qui ne brille pas par l’originalité de son nom ^^’ mais propose du contenu très détaillé et régulier principalement sur Unity et Unreal Engine.

Cypaubr, un équivalent de la précédente dans un style différent, à peu de choses près. J’avoue ne pas trop regarder ces deux dernières récemment, donc je peux me fourvoyer un peu, mais allez voir si le jeu vidéo vous intéresse.

Si vous voulez y aller à fond, au fond de la question, être ultra indépendant et capable sur tous les plans : David Gamecodeur est votre serviteur. Entrepreneur du web, sur youtube pour faire la promotion de son site comme tous les entrepreneurs (^^), il propose une formation en ligne, suivie, de création de jeu vidéo, la vraie. Il vous apprend à coder en pur, sans dépendre de rien. Les premiers ateliers sur son site sont gratuits, vous pourrez donc tester son savoir et sa pédagogie avant de mettre la main à la carte bleue. Pour avoir suivis les premiers ateliers en lua (langage simple, excellent quand on débute), je peux vous dire que c’est pas un p’tit rigolo. En plus de cela, il vous parlera du monde du travail du jeu vidéo, et comment il marche. Si vous souhaiter être à fond dans la création de jeu vidéo, voire y faire carrière, c’est l’homme de la situation. Niveau prix c’est raisonnable, 20 euros par mois, 200 à l’année, et un format d’environ 300 (si je ne m’abuse) pour un accès à vie. Ajoutez à cela des promos régulières et limitées, même un étudiant peu se le payer.

Le jeu vidéo est un média en train d’exploser Les jeux indépendants sont parfois aussi célèbres que les Assassin’s Creed et cie. Un bon exemple est Five Night at Freddy’s, ultra célèbre. Un jeu que j’ai testé, fait de façon simple par une personne seul pour un résultat très sympathique. Comme quoi c’est les idées qui comptent.

Parlons d’un média bonus, la musique. On parlera de ce média sur ce blog car même si il ne sert pas basiquement à tisser histoires et mondes, il est nécessaire pour un jeu vidéo ou un métrage.

Aujourd’hui avec la Musique Assistée par Ordinateur (MAO), n’importe qui peut faire de la musique. Vous avez des logiciels tels que Fruity Loops avec des banques des sons pour tous les instruments, dans toutes les tonalités.

La chaîne Art Kenrick notamment propose des tutoriels en français ultra complets et pédagogues. Le premier qui apprend les bases de Fruity Loops Studio dure une heure, tout est montré et une fois fini vous savez exactement comment marche le logiciel même si vous n’avez jamais fait de MAO. Vraiment, excellent. Et vous avez tous les niveaux, de débutant à difficile.

FL studio est disponible pour 80 balles mini je crois, mais crackable sur le net.

En parlant de fric, pour les logiciels tels que RPG Maker ou la formation Gamecodeur, dîtes-vous quand même que c’est pas si énorme pour vous mettre à ce que vous aimeriez faire. Vous dépensez bien de l’argent au Mcdo, alors autant dépenser pour vous, pour votre épanouissement personnel.

Voilà pour le jeu vidéo. Je n’ai que effleuré la surface parce qu’il y a beaucoup à dire, c que nous ferons à l’avenir! C’est le média absolu selon moi, et ça vaut le coup de s’y mettre.

A plus!


RPG Maker : http://www.rpgmakerweb.com/ (dispo sur steam) Game Maker Studio : https://www.yoyogames.com/gamemaker (idem) Construct 2 : https://www.scirra.com/construct2 (idem) Unity : https://unity3d.com/fr Godot : https://godotengine.org/ (idem) Unreal Engine : https://www.unrealengine.com/en-US/wh… Gimp : http://www.01net.com/telecharger/wind… Pyxel Edit : http://pyxeledit.com/ Inkscape : http://www.01net.com/telecharger/wind… Développeuse du Dimanche : https://www.youtube.com/channel/UCVf2… Pause Process : https://www.youtube.com/channel/UC0JU… Créerunjeuvidéo : https://www.youtube.com/user/oorgaming Cypaubr : https://www.youtube.com/user/Cypaubr David Gamecodeur : https://www.youtube.com/user/dmekersa Art Kenrick : https://www.youtube.com/channel/UCfUD… Fruity Loops : https://www.image-line.com/flstudio/ (dispo où vous savez…)

Je me rends compte que je n’ai pas cité de logiciel pour faire de la 3d. Je pourrais le faire ici, mais franchement on verra plus tard vous n’allez pas commencer le jeu vidéo avec de la 3d de toute façon, il faut être réaliste. ^^

 

 

Les Différents Médias de Création – II : La Bande Dessinée

version vidéohttps://www.youtube.com/watch?v=Yy0AC2KoCdw

Bonjour à tous les créateurs, patati-patata, voilà la suite des principaux médias dont nous allons parler sur ce blog. Cette deuxième partie concerne donc la bande dessinée.

Ce qui inclut évidemment, tout ce qui est comics, manga et cie, le style change mais ici nous parlons des BD au sens large.

Donc les BD ce n’est pas loin du roman à peu de choses près. Cela peut vous aider à mettre des images précises, que le lecteur les vois plutôt que les imagine, question de préférence.

L’inconvénient de la BD est le temps de production + les efforts, plus en général la couleur qui fait qu’à quantité égale, l’histoire revient plus cher au lecteur. Après, c’est un choix, tous les médias ne sont pas égaux, quoi qu’on en dise.

Donc le soucis principal pour ceux qui veulent se mettre à la BD… bin c’est le dessin, forcément. Si vous avez les mains carrées comme moi, c’est pas encourageant. A cela j’ai donc trois réponses à vous donner.

La première est que vous pouvez envisager un partenaire. Avec les gens que vous connaissez yen a forcément un qui sait un minimum dessiner. Il faudra qu’il soit d’accord pour dessiner sans se mêler de l’histoire (si c’est votre souhait) ou l’inverse si vous êtes un dessinateur qui cherche un scénariste. Evidemment, si vous êtes comme moi à vouloir tout faire seul et ne dépendre que de vous-même, cela ne vous arrange pas. Mais bon, il faut parfois faire des compromis, à vous de voir. Envisagez-le, quand même.

La deuxième, sachez que comme pour le roman, les styles simples sont supportés. Regardez Titeuf etc (exemple extrême, certes), les gens lisent sans problème, ça va avec l’esprit de la BD. Prenez la BD de Papacito et Marsault (oui ^^) « Enculés, va! », le style de dessin est relativement simple par rapport à des styles plus précis, et on est en noir et blanc généralement sans fond. Et cela se marie très bien avec l’esprit transmis, les gens qui la lisent s’intéresse aux persos, à l’histoire transmise. Quand on veut transmettre une histoire, certes le style de dessin parlera, mais il sera légèrement secondaire par rapport au reste.

La troisième est qu’à l’heure actuelle, vous avez beaucoup de choses. Vous avez donc des logiciels, des outils sur le net. Je suis un peu moins calé mais je connais 2-3 trucs à vous donner. Par exemple, il y a Manga Studio pour les mangas (thx capn obvious), certes payant mais vous connaissez tous les sites de torrent habituels, n’ayez pas de pitié. Il y en a un qui s’appelle Creator Studio si je ne m’abuse, qui sert pour un style lambda de BD, assez neutre. Il y en a plein des comme ça, à vous de taper « BD maker/Manga maker/Comics Maker » sur le net, et de voir ce qui vous convient le mieux.

Vous avez donc des logiciels comme ça, qui ont des fonds, des persos, des expressions définies, que vous pouvez agencer selon les humeurs. Certes, ce ne sera pas aussi personnel que du vrai dessin, mais quand vous n’avez rien, c’est mieux que de ne rien faire, cela transmet votre histoire. Vous pourrez toujours rééditer vos BD plus tard avec un partenaire, ou en ayant appris à dessiner.

Rappelez-vous qu’il faut être créatifs dans ce que vous faîtes, mais aussi comment vous le faîtes. Vous pouvez piocher des choses comme les bulles et fonds dans Manga studio etc, et faire le reste avec vos moyens du bord. Mixer ce qui vient de là et ce que vous vous faîtes. Soyez toujours créatifs, c’est comme la programmation, il y a toujours moyen de passer par un chemin ou un autre pour arriver à vos fins.

Au niveau des outils supplémentaires, vous avec Photofiltre/Photoshop etc, tout ce qui est logiciel d’image. Les tablettes graphiques si vous dessinez. Scribus devrait aller pour la mise en page, sinon cherchez-en un autre, google est votre ami (enfin…). Les sites de partage pour BD je n’en connais aucun. C’est plus compliqué de partager les premières planches. Cherchez « site de partage de BD » sur le net, et si vous trouvez pas, soyez toujours créatifs. Utilisez par exemple youtube pour partager votre BD sous forme de vidéo, avec des pages qui se tournent toutes seules. Après, faudra attirer du monde, mais bon.

Pour l’édition, c’est comme les romans. Démarchage de maisons d’éditions dont nous parlerons plus en détails à l’avenir. Auto-édition sur les mêmes sites que pour les romans (comparez beaucoup les prix de fabrication si vous faîtes en couleur, Lulu sera moins compétitif dans ce cas).

Voilà pour la BD, en gros.

Ces deux premières parties étaient les plus courtes, car j’aurai plus d’outils/chaînes youtube etc à vous partager pour vous lancer et accessibiliser le jeu vidéo et les métrages. Sans oublier que je parlerai de deux médias bonus en lien avec ces deux-là.

En espérant vous motiver ^^

Etant donner que j’ai un projet de BD, ma connaissance du sujet s’étoffera avec le temps 😉

A la prochaine!

Outils cités :

Scribus :  http://www.01net.com/telecharger/windows/Bureautique/editeur_de_texte/fiches/36038.html

Lulu :  https://www.lulu.com/fr

N’hésitez pas à vous lancer éperdument dans la création d’œuvres, vous vous en remercierez plus tard 😉

Les Différents Médias de Création – I : Le Roman

version vidéohttps://www.youtube.com/watch?v=vIdEJzYoTaE

 

Bonjour à tous les créateurs et bienvenue sur Tisseurs d’Histoires et de Mondes, le blog des créateurs indépendants.

Donc aujourd’hui on rentre dans le vif du sujet, c’est-à-dire les quatre principaux médias de création disponibles pour nous pour tisser des histoires et des mondes, comme prévu.

Le but sera de vous les présenter comme outil et média, d’un point de vue extérieur mais surtout intérieur (que vous connaissez moins). De vous les accessibiliser, en gros de démonter vos excuses pour pas vous y mettre car le but reste de vous motiver à vous dépasser, de vous faire vous lancer dans ce que vous aimeriez vous lancer.

Un article par média (roman/bd/jeu vidéo/métrage) plus deux médias bonus dont on parlera avec les deux derniers. On commence donc par le roman.

C’est le média ultra accessible et pas cher du tout, limite gratuit à produire. C’est pourquoi beaucoup de gens, dont moi, s’y mettent, pas besoin de moyens spécifiques, d’amis… T_T

Donc pas besoin de connaissances dans le milieu etc, vous pouvez le faire seul sur votre PC voire votre cahier si vous n’en aviez pas.

Pas besoin d’être un expert, on a tous écrit des trucs nuls pour commencer. D’ailleurs c’est valable pour tous les domaines, quand vous commencer, ce que vous faîtes ne vous plaît pas, vous écrivez mal/chantez faux etc, mais dans la vie il ne faut pas vous arrêter pour ça. Parce que vous allez vous améliorer, tout simplement, il faut continuer.

Même les plus grands écrivains ont commencés bas, même les écrivains qui sortent un premier bouquin à succès, comme Chuck Palahniuk avec Fight Club, cette version du livre n’était pas la première, il y a des erreurs avant tout ça.

Ensuite, ce qui bloque beaucoup les gens, c’est de savoir bien écrire, avoir du vocabulaire etc. Sachez déjà qu’avant d’écrire l’idéal est de lire un minimum, pas forcément beaucoup, de toute façon l’amour de la lecture viendra quand vous écrirez 😉

Pour lire vous avez les sites de partages, les bibliothèques etc c’est pas ce qui manque.

Ensuite, sachez ne pas faire comme cela se fait, en proportion de dialogues ou en mise en page etc, créez au besoin votre propre style. Ne faîtes pas ce qui se fait déjà juste parce que ça se fait, si vous faîtes quelque chose de nouveau, personne n’y aura penser c’est pour ça que personne ne l’a demandé. Cf l’exemple du cheval et de la voiture dont on parlera dans un futur article. (en gros à l’époque les gens n’imaginaient pas une voiture sans cheval possible, mais ils étaient content que ce soit inventé).

Avoir votre style unique peut vous faire connaître pour votre différence.

Vous n’êtes pas obligés d’écrire compliqué. C’est d’abord une question de goût. Personnellement quand un auteur met quatre pages de vocab’ compliqué pour expliquer une atmosphère, ça fait trop pour moi. Vos trouverez un public pour votre vocabulaire. Il n’y a qu’à voir les premiers Harry Potter, adaptés aux pré-ado, écriture simple etc et ça a plu. L’écriture comme beaucoup de choses n’est qu’un outil, un média pour transmettre vos idées. Faut pas non plus écrire en wesh ou en langage SMS, sinon personne aura envie de lire  le message, bien ou non. Si je vous mets un Harry Potter, ou un Seigneur des Anneaux écrit simplement, je pense que vous le préférerez à un truc de fantaisie ultra basique et cliché ultra bien écrit. Le style seul ne vaut finalement pas grand chose.

Evidemment je reste à votre disposition si vous avez d’autres excuses, blocages qui vous empêche de vous y mettre. Je n’ai pas tous vos soucis en tête, mais grâce aux commentaires je pourrai vous répondre.

Donc au niveau des outils on n’a pas grand chose, forcément. Open Office qui fait de la bonne mise en page, surlignage et beaucoup de fonctionnalités sympathiques notamment celle de sortir le fichier directement en PDF ce qui peut être utile. Ensuite on a Scribus, que je n’ai pas trop touché, qui fait de la mise en page de livre indépendant ou magazine indépendant. Vient Wattpad qui est un site de partage d’écrit, grand site communautaire où vous pourrez lire des amateurs comme eux pourrons vous lire, c’est bien pour avoir des conseils. Perso j’y ai déjà publié 5 chapitres des Chroniques de Salfia, mon premier roman fini (en description).

Niveau distribution à grande échelle vous avez les classiques maisons d’éditions que je ne conseille pas (futur article) mais vous faîtes ce que vous voulez. En tant qu’indépendant l’auto édition me plaît bien plus. A l’heure actuelle elle est plus simple que jamais. Vous avez des sites comme Lulu (que je vais utiliser pour publier CdS tome 1 cet été si tout va bien), à qui vous envoyez le pdf de votre oeuvre, ils font la mise en page, format que vous choisissez (poche royal etc). Ils l’impriment pour vous moyennant bien sûr finance. Ils vous l’envoient e à vous de le vendre durant des conventions etc. Le plus intéressant restant que ces sites, notamment Lulu qui est un très bon distributeur, sont référencés sur Amazon, kindle etc pour livre numériques, donc ils vous aident d’eux-mêmes à les vendre, même s’il faut quand même faire votre pub. Ce qui est pratique dans les ventes sur le net, c’est que vous ne payez rien, car les livres sont fabriqués par commande. Cela évite le gaspillage pas très  écologique, et fait que la fabrication est prépayée. Ainsi le site vous enverra juste votre marge sans que vous ne fassiez quoi que ce soit. Allez faire un tour sur ces sites pour voir les détails, mais c’est intéressant.

Concernant la marge justement, pour vendre vos œuvres et en vivre, c’est vous qui la choisissez. En admettant que votre livre seul vale 13 euros de productions pour le site, vous choisissez le prix finale (supérieur), que ce soit 15/20/30/50/100 euros si vous voulez. Bien sûr n’abusez pas au risque de ne rien vendre mais ça évite d’être payé à coup de lance-pierre comme ces célèbres et sacrosaintes maisons d’éditions… Mais on parlera d’indépendance après ces quatre article de média.

A la prochaine!

Outils cités :

Open Office : http://www.01net.com/telecharger/windows/Bureautique/editeur_de_texte/fiches/31555.html

Scribus :  http://www.01net.com/telecharger/windows/Bureautique/editeur_de_texte/fiches/36038.html

Wattpad : https://www.wattpad.com/user/LauretMaximeTHM

Lulu :  https://www.lulu.com/fr

N’hésitez pas à vous lancer éperdument dans la création d’œuvres, vous vous en remercierez plus tard 😉

La Grande Volonté Derrière la Création

version vidéohttps://youtu.be/0Tv-Z6tmvCc

 

Bonjour à tous les créateurs et bienvenue sur Tisseurs d’Histoires et de Mondes, le blog des créateurs indépendants.

Aujourd’hui, on va parler de la volonté derrière la création, comme l’on compris tous ceux qui lisent le titre avant de lire l’article. ^^’

Pourquoi créons-nous? Et pourquoi vous auriez raison de vous y mettre aussi si ce n’est pas déjà fait?

« Vivre, c’est s’exprimer personnellement et librement au travers de la créativité. »

Bruce Lee , Pensées percutantes ou La sagesse du combattant philosophe

En effet, lorsque vous créez, vous y mettez toujours une partie de votre âme. (pour ceux qui en ont une…)

Et cette affirmation est encore plus vraie quand vous créez une histoire, des personnages, un monde comme c’est le cas dans les romans, BD, jeux-vidéos, métrages de tous types etc.

En créant une oeuvre, vous y mettrez vos expériences, vos rêves, vos peurs, vos idéaux et même vos coups de gueule.

Créer est donc avant tout une manière de vous exprimer seul à seul avec votre support, sans personne pour vous contredire ou se moquer de vous. C’est d’ailleurs une chose que font souvent les solitaires, les incompris et les parias… ^^ »

Créer est un moment de votre vie privilégié, qui à la fois s’en détache, et à la fois est 100% fusionnel avec.

Rien n’est plus savoureux que de décharger ses idées, ses émotions et de voir le tout former une oeuvre qui plus tard peut-être séduira des gens tels que vous, exactement comme vous avez été séduis par des œuvres d’autres individus qui ont su résonner en vous.

C’est aussi un moyen de rectifier tout ce qui ne vous plaît pas, quel qu’en soit le contexte. Mais ça on en reparlera soyez-en sûrs. Ou à l’inverse d’amplifier ce qui ne vous plaît pas pour en faire une dystopie pleine de sarcasme.

Mais n’oubliez jamais que créer, ça sert à faire quelque chose de nouveau par casi-définition. C’est-à-dire que le type d’oeuvre, de monde, d’histoire, de personnage, d’émotion que vous aimeriez trouver dans une oeuvre ou une autre et qui n’existe pas, vous pouvez vous en chargez comme d’une mission personnelle de vous en occuper, et montrer au monde ce qui vous passionne, vous fait vibrer.

En ces sens-là, créer vous permettra -et c’est pas du luxe-, de mieux vous connaître vous-mêmes. Mais aussi de mieux connaître le monde qui vous entoure.

Créer est comme bon nombre de choses, un moyen de développer des compétences uniques qui vous serviront toute votre vie. Et cela changera votre point de vue sur les œuvres que vous connaissez déjà et que vous aimez ou non, voire vous fera changer d’avis sur celles-ci.

A l’image du sport que vous aimez peut-être, de la télé dans votre salon ou de votre joint favori, créer est un moment quotidien dans la journée, agréable, qui vous fera oublier les soucis que vous pouvez avoir avec votre travail alimentaire ou votre vie sociale inexistante etc. Cela peut même vous aider à régler ces problèmes, par exemple en vous permettant de quitter votre travail en vivant de vos œuvres, ou en rencontrant des gens avec la même passion, les mêmes valeurs de route que vous, sur ce blog par exemple.

Au final, créer peut changer votre vie, aussi éphémère soit-elle.

Et là on arrive au cœur du sujet, la volonté profonde derrière la création d’œuvres.

Un homme m’a dit un jour que dans la vie le plus important pour une personne est la reconnaissance. Cette même reconnaissance qui fait que selon les chiffres la moitié d’entre nous désirent devenir célèbres, Cette reconnaissance qui a guidés les pas de nos ancêtres dans les plus illustres en avaient une soif qu’on ne pouvait étancher.

Parmi tant d’autres, Achilles qui, il y a plus de 3 millénaires, voulait qu’on se rappelle de lui après sa mort. Car dans une vie assez courte et pas toujours joyeuse, on souhaite tous qu’on se souvienne de nous.

Sentiment futile ou non? A vous le soin d’en juger, toujours est-il que créer reste un des meilleurs moyens de faire votre lègue à la postérité. Vous créez quelque chose qui sera toujours là après votre disparition, qui pourra toujours inspirer d’autres personnes et qui finalement sera presque immortel.

Cela donnera aux gens l’occasion d’en profiter encore, voire d’avoir une petite pensée pour vous. (bien qu’étant mort vous ne le saurez pas ^^ »)

Elle est donc là, la grande volonté instinctive derrière la création d’œuvres.

Créer de la valeur profitable à tous après nous. Jouir d’une notoriété, relative, qui sera immortelle et nous survivra.

Finalement au bout du compte, donner un sens à sa vie.

 

Du coup je me dis… C’est pas étonnant qu’on s’y mette en fait.

😉

 

 


Compteur de mots en cré- (créativité, créer, création etc) : 22

(en théorie, j’ai compté sur la version vidéo et j’ai la flemme de le refaire avec celle-là)